Actualités

Des « raccrocheurs » de Savoie en chantier jeune en Roumanie

Ludivine GUIDEZ et Rémy CAVALIN , éducateurs à la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence des deux Savoie, ont accompagné sept jeunes en Roumanie pour un chantier éducatif

Ludivine et Rémy, pourriez-vous nous raconter comment est né ce projet ?

La Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence des deux Savoie développe un « projet de raccrochage vers l’emploi et la formation » financé par la Région Rhône Alpes. Ce projet, vise à accompagner sept jeunes dans leur insertion sociale pour une période de six mois en Service Civique.
Ce plan de raccrochage, construit par le service de Prévention Spécialisée de la Sauvegarde de Savoie aux côtés de la Mission Locale jeune d’Albertville, s’appuie sur des réalisations de chantiers éducatifs autour d’Albertville (Savoie), de stages d’immersion en entreprise et d’un travail de remobilisation et d’accompagnement éducatif. Les divers modules ont pour finalité de permettre aux jeunes d’élargir l'horizon, parfois sclérosant, qu’ils vivent au quotidien.
C'est dans ce cadre, qu'en partenariat avec Pays de Savoie Solidaire et le Département d’Arges, nous avons eu l’opportunité d’accompagner sept jeunes hommes de 16 à 18 ans en Roumanie du 9 au 16 mai dernier.

Quels objectifs vous fixiez-vous pour ce séjour ?

Nous visions un objectif de socialisation pour nos jeunes et un processus d’ouverture au monde, aux autres, à travers la découverte d’une autre culture.
Vivre des expériences collectives, s’engager pour un projet commun construit par le groupe, favoriser la solidarité et l’esprit d’équipe, développer une capacité à penser ainsi qu’à se forger des compétences d’adaptation et d’autonomie ; voici les buts éducatifs qui nous animaient lors de la construction de ce voyage particulier.

Concrètement, qu'avez-vous vécu une fois sur place ?

Le projet s’est articulé autour de moments de découverte de la Roumanie à travers son patrimoine (Bucarest, Pitesti, Arefu, château de Dracula), sa  culture, sa  cuisine et son histoire d’une part ; et d’autre part autour de la réalisation de chantiers de réfection en peinture d’appartements d’accueil de type familial de l’association « Notre Maison ».

Qu'en ont, selon vous, retiré les jeunes participants à ce projet ?

Les nombreuses rencontres entre les jeunes et nos hôtes, les partages des temps de vie commun, des temps de repas, des échanges sur nos modes de vie respectifs, sur nos similitudes et nos incompréhensions, ont été les temps forts de ce séjour. Nos jeunes ont été très touchés par l’accueil généreux qui a pu nous être offert. Ils ont aussi pu déconstruire certains stéréotypes qu’ils avaient sur le pays, s’interroger sur la situation des Rroms, se penser en tant qu’européen, activer le goût du voyage, de la découverte, s’essayer à d’autres mode de communication… aller vers l’autre.

Une expérience à renouveler ?

Ce séjour a été une réussite. Les contacts noués sur place et les rencontres nous donnent de nouvelles idées et des envies de projet qui portent le Service de Prévention Spécialisée de Tarentaise vers de nouvelles perspectives…